Histoire

Renouveau après la Seconde Guerre mondiale

cour intérieure, Haus der Deutschen Wirtschaft

Lors de l'institution de nouvelles organisations internationales, au cours des années 50, les fédérations de l'économie allemande constatèrent qu'il n'existait pas en Allemagne de jeune génération de cadres internationaux qualifiés. Le Tönissteiner Kreis fut créé dans le but immédiat de satisfaire ce besoin.

En 1958, un cercle de discussion dénommé «Forum sciences et économie» se chargea, sur proposition de la Fédération de l'industrie allemande (BDI), de la Fédération des syndicats allemands d'employeurs (BDA), de la Réunion allemande de l'industrie et du commerce (DIHT), du Service allemand d'échanges académiques (DAAD) et du Syndicat des fondateurs pour la science allemande (Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft), de réfléchir à la préparation de futurs cadres aux activités internationales. La naissance du cercle de discussion est étroitement associée à Erwin LEMMÉ, alors directeur du service «Relations internationales» au BDI   .

Les premiers membres de ce cercle informel et amical furent boursiers du DAAD. En janvier 1959, il se réunît pour la première fois à Bad Tönisstein près de Maria Laach, dans la région de l'Eifel, fixant ainsi la «création» du cercle de discussion en 1959, alors même que les échanges entre entreprises et ministères avaient eu lieu bien avant. La seconde session, qui se tint également à Bad Tönisstein, en 1960, aboutit finalement à la dénomination «Tönissteiner Kreis». Depuis lors, le Kreis a largement contribué à développer l'internationalité en Allemagne, notamment par ses sessions annuelles et les dialogues à l'étranger. Le Tönissteiner Kreis fêtera sa 50e session annuelle en janvier 2008.

Refonte à l'aube de l'an 2000

Au milieu des années 90, le Kreis amorça, pour tenir compte des évolutions des 40 années écoulées depuis sa création, une nouvelle orientation. L'idée fondatrice demeura ; cependant, les priorités furent redéfinies, le Kreis visant désormais à inspirer la société civile par le moyen de projets concrets.

Il s'employa à structurer les potentiels et les profils spécifiques de ses près de 700 membres afin de les mettre au service de l'intérêt public de manière plus ciblée. Les activités furent étendues, de nouveaux programmes développés et un réseau de partenaires établi en Allemagne et à l'étranger. Le Tönissteiner Kreis prit, afin d'être plus indépendant et libre dans son action, la forme d'une association reconnue d'utilité publique.