Berliner Initiative

Malgré sa situation au cœur de l'Europe et son poids au sein de l'Union européenne, l'Allemagne demeure insuffisamment préparée à l'interdépendance internationale et aux responsabilités accrues qui en résultent.

En partenariat avec la Fondation Robert Bosch    (Robert Bosch Stiftung), la Société allemande pour la politique étrangère    (DGAP) et la Fondation science et politique    (SWP), le Tönissteiner Kreis s'engage au sein de la Berliner Initiative    (Initiative de Berlin). L'objectif est d'attirer l'attention des responsables politiques et de l'opinion publique sur les déficits en matière d'éducation, de formation et de gestion du personnel en Allemagne. L'initiative soutient, dans le cadre de forums de discussion incluant des experts (cf. Rapports d'activité et études 2001-2006), l'échange d'expériences entre les responsables décisionnels, et élabore des solutions concrètes et des recommandations.

Rapports d'activité:

Rapport d'activité 2001/ L'UE     
Rapport d'activité 2002/ Les organisations internationales     
Rapport d'activité 2003/ Les institutions allemandes d'enseignement supérieur     

En préparation aux forums de discussion, les membres du Kreis élaborent, à partir de leurs connaissances fondées et de leur expérience des situations pratiques, des analyses relatives à la présence de personnel allemand au sein des organisations internationales.

A ce jour, des études et contributions ont été publiées concernant:

La Commission européenne (2001)     
L'Organisation des Nations Unies (2002)     
Le FMI et la Banque mondiale (2002)     
L'OCDE (2002)     
Allocution de M. Otto SCHILY, Ministre fédéral de l'intérieur, le 5 novembre 2003 (2003)     
L'expérience à l'étranger et les pratiques de recrutement dans la haute fonction publique (2004)     
La République de Berlin (2005)     
Sept indications sur l'internationalité au cours des études supérieures (2006)     
Bilan de la Berliner Initiative (2006)